Gatineau s’inspire des tendances des grandes villes du Québec et du monde afin d’offrir à sa population une expérience culinaire différente et permettre aux restaurateurs de diversifier leurs revenus. Poursuivant cet objectif, la Ville autorisera la cuisine de rue sur l’ensemble de son territoire dès cet été où une trentaine de camions-cuisines pourront être déployés. On fait la lumière sur le projet avec un élu et un restaurateur.

Le conseiller du district du Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc, travaillait déjà en 2020 sur un projet pilote qui avait été mis sur la glace avec la pandémie. C’est en mars dernier que le projet de règlement a été adopté à la séance du conseil municipal.

« Ce n’est pas un secret, le milieu de la restauration est durement touché par la pandémie. L’idée n’est pas de cannibaliser l’offre locale, loin de là, précise Jean-François LeBlanc. Nous travaillons de concert avec les associations de commerçants des différents secteurs pour trouver des emplacements stratégiques et nous nous ajusterons en cours de route. »

Parmi les critères qui seront annoncés prochainement, la gestion des matières résiduelles est assurément prioritaire. Tous les camions-cuisines devront fournir des emballages compostables et/ou recyclables et devront mettre à disposition des bacs prévus à cet effet. Le styromousse ne sera pas permis. De plus, chaque participant au projet devra avoir un véhicule sécuritaire respectant des règles strictes et une inspection du MAPAQ sera obligatoire.

Déjà un fort engouement se faire ressentir. Comme il s’agit d’une mesure de relance économique pour la région, seules les entreprises qui ont un permis d’affaires à Gatineau pourront poser leur candidature.

« La gestion du calendrier de la cuisine de rue se fera via le site Web de l’Association Restauration Québec (ARQ), ajoute M. LeBlanc. Nous sommes entre bonnes mains, ce sont des experts du milieu. Ultimement, nous aimerions également créer des événements, des happenings qui respectent la distanciation bien sûr, autour des camions de rue avec de l’animation. »

Le conseiller fait valoir qu’il faut oublier les vieux préjugés qui veulent que la cuisine de rue soit grasse, mauvaise pour la santé et polluante. De beaux exemples de fine cuisine santé ont déjà fait leurs preuves lors des marchés et autres événements.

Camion en vadrouille!

Les Vilains Garçons avaient pris de l’avance l’an dernier en s’adaptant rapidement à la crise et en investissant dans un camion-cuisine. Ils ont été présents avec le Vilain Camion lors de nombreux marchés pour faire découvrir leur gastronomie urbaine aux saveurs locales. L’équipe se réjouit de ce projet qui permettra à plusieurs restaurants et services traiteurs de prendre d’assaut les rues gatinoises!

« Ça a tellement bien marché l’an passé qu’on a une nouvelle cuisine de production juste pour le camion, explique Romain Riva, co-propriétaire des Vilains Garçons. Pour notre part, on fait la promotion des produits d’ici en collaborant avec plusieurs fermes de la région. On veut aussi prouver qu’on peut bien manger, même si c’est frit! »

L’équipe a déjà établi une partie de l’horaire estival avec le Vilain Camion. Le jeudi au parc Moussette, le samedi dans le Plateau et le dimanche à Aylmer. « On se garde libre le mercredi et le vendredi pour se promener. On est également régulièrement invité par des microbrasseries pour s’installer dans le stationnement lors qu’ils lancent des produits. »

À surveiller sur les médias sociaux du Vilain Camion, fidèles à leurs habitudes, ils nous titilleront avec des indices pour le menu de la semaine et présenteront des fermiers de la région.

www.lesvilainsgarcons.ca

Sur Facebook : Le Vilain Camion