C’est en grande pompe que le Gouvernement du Québec, la municipalité de Val-David et Mme Diane Beaudry, propriétaire de La Sapinière, ont annoncé en mai dernier l’octroi d’une subvention de 4,25 M$ pour un projet de revitalisation de 12,65 M$ de cet hôtel mythique qui sera transformé en centre de villégiature santé et bien-être. Ce site historique est fermé depuis maintenant cinq ans et l’annonce de sa résurrection a fait de nombreux heureux dans la région. Mme Beaudry indique qu’il s’agira du tout premier centre Ora Spa au Québec.

Qu’est-ce qu’un centre Ora Spa ?

« La meilleure façon de le décrire est de le comparer à un « tout inclus » de la santé et du bien-être, où les professionnels triés sur le volet, jouiront d’emplois permanents, car le projet se fonde sur la philosophie du développement durable. Les achats locaux sont donc à prévoir, et l’ensemble de la région devrait en bénéficier.

ORA signifie eau (O), soleil (Ra) et doré pour l’or (Ora). ORA, c’est aussi Oser Réaliser l’Abondance, tant pour les propriétaires que pour les visiteurs du centre. En d’autres mots, l’endroit sera chic mais de bon goût, et cela se répercutera aussi dans la qualité des services. Les employés seront formés pour atteindre et respecter un standard élevé de soins.

Les visiteurs d’ORA Spa y feront des séjours de rêve : repas inclus, marche en montagne, yoga, méditation, randonnée pédestre et ski de fond, baignade en saison, etc. Les services incluront les trois A des soins : ayurvédiques, asiatiques et amérindiens, sans exclure les soins traditionnels (massothérapie, balnéothérapie, esthétique, etc.), et même certains soins énergétiques. Attendez-vous aussi à y trouver des semaines thématiques avec conférenciers et spécialistes invités.

C’est le genre de séjour qui permet de renouer avec l’esprit d’équipe. Le concept devrait donc intéresser la clientèle d’affaires pour du « team-building ». « Les Canadiens de Montréal venaient ici autrefois en retraite fermée, et ils gagnaient dans ce temps-là ! Alors j’aimerais bien que quelqu’un chuchote à l’oreille de Jeff Molson que si les Canadiens reviennent ici en retraite fermée, ils vont se remettre à gagner ! » lance Mme Beaudry, les yeux rieurs.

Maintenir le patrimoine

« Notre défi sera d’établir clairement que La Sapinière n’est plus un hôtel comme autrefois, mais que son patrimoine a été maintenu et même rehaussé, explique Mme Beaudry. » En effet, pas question de tout jeter à terre pour recommencer. « On va lui donner une nouvelle vie tout en respectant son identité, ses infrastructures et le milieu, dit-elle. On ne coupe pas un seul arbre et on va conserver la cuisine de M. Kretz. Les plans sont faits, beaucoup de travail préparatoire a déjà été accompli, de sorte que les travaux devraient débuter à l’automne.

Le site offrira 70  « unités champêtres » (chambres) et 20 salles de soins, et devrait employer une quarantaine de thérapeutes pour un total d’environ 70 emplois. L’ouverture devrait avoir lieu au printemps 2019.