C’est en discutant avec son agente de sa volonté de s’impliquer dans la région qui l’a vu naître et grandir que l’idée a germé dans la tête du médaillé olympique deux-montagnais Mikaël Kingsbury de devenir ambassadeur de Tourisme Basses-Laurentides.

« Lorsqu’on nous a proposés Mikaël comme porte-parole, j’avais de la difficulté à y croire, souligne Marie-Claude Granger, directrice générale de Tourisme Basses-Laurentides. Nous sommes extrêmement fiers, flattés et privilégiés d’avoir à nos côtés un jeune homme de cette envergure pour les trois prochaines années. Il respire le bonheur, la santé, la détermination et la passion; des valeurs qui collent vraiment à notre organisme. »

Selon l’athlète de 27 ans, revenir dans les Basses-Laurentides après un moment, c’est avoir l’opportunité de reconnecter avec la nature, ses racines, sa famille et ses amis : « Lorsque je participe à des compétitions, que ce soit une Coupe du monde, les Championnats du monde ou les Jeux olympiques, je sens toujours le support des gens de ma région, et à chaque victoire je suis fier de pouvoir représenter mon coin de pays sur la scène internationale. Nous avons des richesses incroyables ici, et je suis vraiment heureux de pouvoir les faire rayonner. »

Retour aux sources

Mikaël et l’équipe de Tourisme Basses-Laurentides ont tourné cet été des capsules qui seront présentées au cours des prochains mois sur les médias sociaux sous le mot-clic (hashtag) accrotourisme. Elles mettront en valeur l’agrotourisme, la culture, le plein air et les produits du terroir.

« Mikaël est tellement authentique, sympathique et intéressé que c’était un charme de travailler avec lui sur ces tournages, toujours avec naturel et une touche humoristique, à son image », explique Mme Granger.

Quand on lui demande, quel genre de voyageur il est, le skieur acrobatique répond d’emblée qu’il aime sortir de sa zone de confort et prendre le temps d’explorer des endroits moins fréquentés et vivre des expériences loin des attrape-touristes. Il apprécie également revenir à ses coups de cœur et se plonger dans les différentes cultures rencontrées.

« Je connaissais déjà plusieurs activités, attractions et entreprises agrotouristiques ici, mais grâce à ce rôle, je découvre ma propre région hors des sentiers battus et je fais de belles rencontres. »

Si on le voit aujourd’hui comme un communicateur plutôt à l’aise devant la caméra, il concède ne pas toujours avoir été aussi relax et en contrôle avec les médias. Il se souvient d’ailleurs de sa première entrevue télévisée accordée en 2010 en Finlande, et en anglais par-dessus le marché. « J’ai appris en regardant les meilleurs et en analysant mes propres entrevues. Aujourd’hui, je suis mieux préparé et je m’imagine toujours que c’est une conversation avec un ami. Grâce à l’expérience, j’ai du fun et je dirige mieux les entrevues », conclut celui qui participera cet hiver à sa 100e Coupe du monde.

Le saviez-vous ?

Mikaël est lauréat du prix Lou-Marsh 2018, remis à l’athlète par excellence au Canada. Il s’est également vu remettre pour une 7e année consécutive le trophée Maurice de l’Athlète masculin niveau international, lors du 46e Gala Sports-Québec l’an dernier.

Celui que l’on surnomme le roi des bosses détient 56 victoires en Coupe du monde, 16 globes de cristal, quatre titres aux Championnats du monde et un titre olympique.

Info : www.basseslaurentides.com

 

Par Sandra Mathieu

Photo couverture : FISFreestyle

Autres photos : Tourisme Basses-Laurentides