En partenariat avec Vergers La tête dans les pommes

Les vergers La tête dans les pommes à Saint-Joseph-du-Lac c’est plus de 25 variétés de pommes, des dégustations gratuites, une mini-ferme, des aires de jeux et de pique-nique, une boutique champêtre comprenant une cidrerie et une chocolaterie, et bien plus. Les parcelles d’autocueillette sont, depuis cette année, certifiées biologiques. Rencontre avec les propriétaires Nicholas Lauzon et Marylin Courchesne, passionnés et visionnaires.

Nicholas et Marylin sont les parents de quatre beaux garçons et suivent un parcours dans le domaine de l’agriculture depuis plus de 15 ans en tant que technicien agricole (pour lui) et agronome (pour elle). C’est en avril 2010 que l’aventure pomicole débute quand Nicholas devient technicien pour le club-conseil Agro-pomme, le même club pour lequel Marylin travaille comme agronome conseillère. 

La petite histoire

Pendant quatre ans le couple parfait ses connaissances de la culture de la pomme et c’est en 2014 qu’un producteur sans relève leur propose de louer son verger pour assurer la continuité de ce qu’il avait entretenu toute sa vie. Avant de dire oui, les deux acolytes s’assurent de pouvoir bien vendre leurs pommes en devenant membre de la coopérative pomicole du lac des Deux Montagnes, Naturpac. En 2016, une deuxième parcelle de pommiers va leur être offerte en location et, finalement, en 2018, ils deviennent propriétaires d’un verger tout équipé pour le marché d’autocueillette et la transformation.

Conversion vers le biologique

«Saint-Joseph-du-Lac est un petit village rempli de site d’autocueillette de toute sorte dont environ 90 % axés sur la pomme. L’idée nous est donc venue de convertir la parcelle d’autocueillette en régie biologique pour se démarquer des autres, mais aussi pour le côté santé bien-être, ainsi que pour le côté environnemental », raconte Marylin. 

Aujourd’hui, non seulement la parcelle d’autocueillette est certifiée biologique, mais toutes les autres superficies en location sont en voie de le devenir d’ici l’automne 2023.

Nicholas et Marylin sont les parents de quatre beaux garçons et suivent un parcours dans le domaine de l’agriculture depuis plus de 15 ans.

L’inspiration variétale

«Le monde de la pomme actuelle est bombardé de nouveaux cultivars à planter chaque année, c’est pourquoi nous avons choisi de nous démarquer aussi en plantant des hybrides à saveurs locales dans leurs vergers », fait valoir Nicholas

Membre de la Pomme de demain, un organisme à but non-lucratif inspiré par l’hybrideur Roland Joannin, ils font découvrir à leur clientèle une panoplie de variétés qui ont comme particularité un goût unique et d’être venu au monde à Saint-Joseph-du-Lac. C’est le cœur rempli de fierté qu’ils vous parleront de Rosinette et Passionata, qu’ils vous feront déguster la Belle D’Août ou la Picotine, qu’ils vous décrocheront un sourire avec la Poune ou la Méo Penché. 

Pour eux, ces variétés représentent l’occasion d’échanger avec les clients pour leur partager un peu de leur passion. Ils vous expliqueront que chaque pépin de pomme donnera une variété unique, que c’est en jouant à l’abeille avec un pinceau et du pollen que les nouvelles variétés sont créées et qu’il faut plus de 15 ans à l’hybrideur pour parvenir à faire planter ces nouveaux cultivars chez les producteurs, que la seule manière de reproduire en grand nombre celles-ci, c’est par la greffe, etc. Raison de plus pour bien déguster ces nouveaux fruits! La description de chaque pomme offerte en cueillette ou en boutique se retrouve sur la page Web du verger.

La diversification, un atout majeur

On entend souvent comme conseil en agriculture que de diversifier son entreprise est gage de succès. Cependant, il n’est pas évident de se lancer dans de nouvelles productions sans avoir les connaissances ou l’expérience nécessaire pour qu’elles soient rentables. C’est pourquoi Marylin et Nicholas ont choisi de se diversifier de l’intérieur, c’est-à-dire que la pomme demeure leur principale culture et qu’ils l’exploitent sous toutes ses formes : la vente directe, la vente aux emballeurs, la fabrication d’alcool avec leur cidrerie, les petits pots, les tartes, le jus frais pressé et dernièrement les pommes emballées directement chez eux.  

Toute les facettes de la pomme sont touchées et cela procure une sécurité financière puisqu’il faudrait vraiment être malchanceux pour que tout aille mal en même temps!  

Les vergers sont ouverts à l’autocueillette jusqu’au 24 octobre, tous les jours de 9 h à 17 h. Pour connaître les détails des variétés de pommes et le calendrier d’autocueillette, consultez le site Web : latetedanslespommes.ca

Photos : Vergers La tête dans les pommes