La cheffe et co-propriétaire du restaurant val-davidois L’Épicurieux, Fanny Ducharme, fait partie des 100 chefs/cheffes émergents/es à surveiller dans le monde. Ce livre qui sortait en Amérique du Nord le 3 mars regroupe les chefs (cheffes) les plus talentueux/ses de la nouvelle génération. Entretien avec une jeune femme passionnée et créative, dans la cuisine comme dans la vie!

« C’est très excitant de me retrouver aux côtés de tous ces chefs novateurs et c’est une belle motivation pour la suite, souligne Fanny le sourire dans la voix. C’est David McMillan (Joe Beef, Liverpool House, Le vin papillon), pour qui j’ai beaucoup de respect qui m’a nommé, à la suite d’une visite à L’Épicurieux l’été dernier. Le mélange des saveurs tirés des produits de saison travaillés à ma façon, avec esthétique et sans prétention, pour créer des recettes à partager qui sortent de l’ordinaire, l’a chamboulé positivement. »

Les plats pour emporter en saison hivernale donnent un bon défi à la cheffe qui priorise une cuisine fraîcheur, mais elle le relève haut la main et crée présentement une cinquantaine de boîtes-repas par semaine avec sa petite équipe inventive et jusqu’à une centaine lors d’événements ou de fêtes. L’équipe apporte actuellement des amélioration à la terrasse en vue de la réouverture.

La cheffe native de Sainte-Adèle se dit très inspirée par Yottam Ottolenghy, chef et auteur anglo-israélien, qui, comme elle, place presque toujours le légume au centre de ses recettes.

« Tout au long de sa carrière culinaire, une de ses plus grandes sources d’inspiration a été la cuisine réconfortante de ses parents. Ses créations sont le résultat d’un œil attentif sur l’esthétique moderne. Elle est une adepte de la combinaison d’éléments inattendus, à la fois des ingrédients et des repères visuels. » – David McMillan (traduction libre)

Fanny Ducharme a fait ses classes à l’École Hôtelière des Laurentides et a trouvé son identité dans la cuisine de la cabane au sucre Au Pied de Cochon du Chef Martin Picard, à Mirabel. Elle a ouvert l’Épicurieux en 2016 avec Dominic Tougas et Maxime Laverdure.

« Je rêve de la réouverture du restaurant et de retrouver des produits frais pour cuisiner de nouvelles créations », confie celle qui travaille entre autres avec la ferme familiale Récolte de la rouge à Rivière-Rouge et Violon et Champignon à Sainte-Lucie-des-Laurentides.

Pour commander le livre : www.phaidon.com/. On retrouve Fanny Ducharme dans les pages 94 à 97.

Photo : Sara Farquharson

En route vers Les Lauriers

Fanny Ducharme est en nomination dans la catégorie Révélation de l’année au gala Les Lauriers de la Gastronomie Québécoise. L’Épicurieux est également en nomination pour le prix de Restaurant de l’année. Les lauréats seront dévoilés lors du Gala des Lauriers, le 24 mai prochain. La parole est donc maintenant aux professionnels de l’industrie (jury et brigade) jusqu’au 12 avril.

La jeune cheffe est ravie et très fière d’être nominée auprès d’autres beaux talents et d’intéressants restaurants de la région. « C’est l’fun de voir rayonner les Laurentides de cette façon! », souligne-t-elle.

Rappelons qu’en cette année bien particulière, Les Lauriers souhaitent se tourner vers l’avenir. Ainsi, au lieu de valoriser les acteurs qui se sont le mieux démarqués l’an dernier – une année hors norme où plusieurs étaient en mode survie – il s’agit d’une invitation à choisir ceux qui inspirent pour la suite des choses. Qui sont les mieux placés pour imaginer l’avenir? Quels artistes et artisans vous inspirent? Qui propose des solutions innovantes et qui, selon vous, vont faire avancer la gastronomie dans son ensemble? Cette année, la volonté est de nommer 17 ambassadeurs de la relance de l’industrie!

Info : lauriers.ca