Pour une 2e année, les érablières doivent s’adapter et rivaliser de créativité pour tirer leur épingle du jeu et arriver à livrer des produits de l’érable et des bons petits plats traditionnels dans les chaumières. On fait la lumière sur l’initiative rassembleuse Ma cabane à la maison, qui arrive à point!

Depuis septembre, plusieurs propriétaires de cabanes à sucre québécoises se sont joints au projet de solidarité Ma cabane à la maison pour offrir une saison des sucres 2021 et préserver la tradition et le patrimoine. Ainsi, pour la première fois dans l’histoire du Québec, les acériculteurs unissent leurs forces autour d’un projet mobilisateur.

Près de 70 cabanes à sucre de partout au Québec, dont plusieurs dizaines sur le territoire, qui ont mis leurs efforts en commun, avec la participation de divers partenaires, afin de créer des boîtes gourmandes dans lesquelles on retrouve des plats à réchauffer ou prêts-à-cuisiner. Concrètement, il suffit de : se rendre sur le site, se géolocaliser, sélectionner sa cabane et passer sa commande. Selon les cabanes, on peut opter la livraison à domicile, la cueillette dans un des points de chute ou directement sur place.

Chaque cabane à sucre a développé un menu mettant en valeur ses spécialités. Il est possible d’affiner nos recherches selon nos goûts et restrictions alimentaires. Les contenants isothermiques utilisés sont recyclables.

« Le projet met un baume sur l’année qui se termine et nous donne espoir pour la suite », souligne la co-fondatrice de l’initiative, Stéphanie Laurin, également présidente de l’Association des cabanes à sucre du Québec et copropriétaire du Chalet des érables à Sainte-Anne-des-Plaines.

Une plateforme Web complète et bonifiée

La plateforme nous permet également de découvrir les visages derrière les cabanes à sucre de chez nous et de créer la parfaite ambiance grâce à des trucs et astuces.

Côté divertissement, on nous propose une sélection musicale thématique disponible sur Spotify. De plus, en collaboration avec Boucane en direct, on nous a mijoté un spectacle traditionnel rassemblant toute une brochette d’artistes : Daniel Boucher, Guylaine Tanguay, Yves Lambert et 2Frères. Capté dans le fin fond des bois, il est accessible via le lien unique que l’on reçoit lors de la confirmation de commande.

« Lorsque mon grand-père a ouvert son érablière en 1948, il était loin de se douter que sa petite-fille allait un jour mettre tout en œuvre pour sauver le patrimoine acéricole du Québec, et par le fait même, l’entreprise familiale. » – Stéphanie Laurin, présidente de l’Association des cabanes à sucre du Québec et copropriétaire du Chalet des érables

Le saviez-vous?

  • Sur 200 cabanes à sucre au Québec, une quarantaine ont dû mettre la clé sous la porte au cours de la dernière année.
  • La récolte de sirop d’érable de la saison 2020 au Québec a atteint 175 millions de livres, un record de production en volume pour la province.
  • Exceptionnellement pour la saison 2021, le gouvernement travaille à l’élaboration d’un règlement qui permettrait aux cabanes à sucre de servir des repas en dehors de la période normalement permise.

« En plus de soutenir un secteur économique important, les mesures additionnelles, comme l’appui à l’initiative Ma cabane à la maison, permettront à plusieurs de profiter d’un succulent repas de cabane à sucre à la maison, souligne André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Je les invite à soutenir nos acériculteurs en profitant pleinement de la saison des sucres qui s’amorce. »

Info : On nous recommande de passer notre commande au moins 48h à l’avance : macabanealamaison.com

La cabane à tuque : un modèle hors du commun

La Cabane à tuque à Mont-Tremblant propose de son côté un menu végétalien et s’assure depuis cinq ans de bonifier cette tradition printanière par le choix d’ingrédients sains, biologiques et locaux. Entièrement cuisiné sur place, le repas en 3 services est à volonté et sera exceptionnellement servi à l’extérieur cette année, respectant toutes les règles sanitaires, et ce du 10 avril au 2 mai. Certaines tables seront même installées directement dans la forêt pour une expérience immersive.

Il sera aussi possible de commander pour emporter à condition d’apporter ses contenants, le propriétaire prônant le zéro déchet. Une belle façon de contribuer à la relance de la Cabane à tuque et de s’approvisionner du terroir laurentien.

« Pour chacun des ingrédients dans mes produits et recettes, si je ne l’ai pas moi-même récolté dans notre grand jardin, je connais son histoire et je sais d’où il vient, fait valoir avec fierté Simon Meloche Goulet, propriétaire. Toute mon équipe se fait un plaisir d’expliquer les plats, l’origine des produits et nos façons de faire, ce qui fait de notre cabane à sucre un lieu d’apprentissage très authentique. »

La Cabane à tuque répond à la demande d’approvisionnement direct des produits offerts normalement sur la table, transformés et cultivés sur place ou par des amis producteurs (Symbiose Alimenterre, les Jardins cent pépins, Érablière du rang des vents, Les pots d’Élodie, Labelle et l’argousier). On les trouve en ligne sur le site Web sous l’onglet Commandez nos produits.

Lors de notre discussion à la fin février, Simon s’apprêtait à entailler ses 500 érables pour commencer à sa petite production destinée à sa clientèle. « Normalement, je fais mon année en trois mois alors que cette saison, je rentabiliser deux ans en un mois », souligne celui qui est confiant et prêt à relever le défi.

Info : lacabaneatuque.com