Commanditaire du parc linéaire depuis 2001, le Mouvement Desjardins est passé à une étape supérieure. C’est en grande pompe, le 31 janvier à la vieille gare de Piedmont, qu’il a annoncé qu’il verserait, par le biais de son Fonds 100 M$, une somme de 600 000 $ au parc linéaire Le P’tit train du Nord. Il s’agit de la plus importante commandite obtenue à ce jour par Le P’tit train du Nord, depuis sa création.

Cet argent sera remis sur une période de trois ans et servira à trois grands projets. Le premier consiste à offrir de l’équipement aux patrouilleurs du parc linéaire, comme des défibrillateurs par exemple. Le second touche plutôt à la signalisation, qui sera revue en profondeur. Enfin, le troisième projet est l’ajout de stations de réparation en libre-service sur la piste cyclable.

Une signalisation plus complète

Le directeur général de la Corporation du parc linéaire Le P’tit train du Nord, Jean-Sébastien Thibault, a détaillé davantage le projet des nouveaux panneaux. « C’est dans un but de sécurité, explique-t-il. Actuellement, il y a une borne à chaque kilomètre qui indique à quelle distance de la gare de Saint-Jérôme vous vous situez sur le trajet, sans plus. Les nouveaux panneaux indiqueront encore le kilomètre, afin de se donner des points de repère notamment en cas d’appel au 9-1-1, mais situeront aussi l’usager pour savoir dans quelle ville il se trouve, quelle est l’intersection la plus proche et quels sont les services à proximité. »

M. Thibault croit également qu’une signalisation plus claire permettra de limiter les conflits d’usage. Ainsi, chaque panneau indiquera que les chiens sont interdits, quels sont les corridors d’usage (marche, ski de fond, fatbike, etc.) et que la vitesse est limitée sur la piste à 22 km/h.

« Responsable, durable et humain »

Concernant les stations de réparation, elles offriront tous les outils nécessaire pour que les usagers puissent réparer eux-mêmes leur vélo s’ils éprouvent un pépin technique. Un système anti-vandalisme a été élaboré pour éviter que des gens mal intentionnés les endommagent. Les stations seront réparties sur le parcours, mais le directeur général a préféré ne pas trop s’avancer sur les lieux précis où elles seront installées. « Il y en aura dans des zones plus isolées, dans la MRC d’Antoine-Labelle notamment, mais aussi dans des endroits achalandés où il n’y en a pas présentement, comme ici, à la gare de Piedmont », a-t-il déclaré.

Il aura fallu plus de six mois pour que cette entente se concrétise. Stéphane Corbeil, président du conseil régional Laval-Laurentides du Mouvement Desjardins, s’est dit très fier de ce nouveau partenariat. « Notre fonds 100 M$ vise à favoriser le développement socio-économique des régions du Québec, a-t-il rappelé. Le P’tit train du Nord est un bel exemple de développement économique responsable, durable et humain. »