C’est une particularité régionale qui suscite l’émerveillement autant que la curiosité. Saviez-vous que la réputée Traverse Oka-Hudson, entreprise centenaire, cède sa place, chaque hiver où Dame Nature le veut, au Pont de Glace qui relie les Basses-Laurentides à Vaudreuil-Soulanges ?

La Traverse, été comme hiver, est l’entreprise familiale de Claude Desjardins depuis une vingtaine d’années, qu’il exploite maintenant avec son fils et sa fille, qui apportent une nouvelle dynamique à l’entreprise. Deux saisons très occupées chaque année, dont celle de l’été qui s’étire autant sur le printemps que l’automne, qui permettent de maximiser les opérations de l’entreprise.

La saison d’opération hivernale a toutefois ceci de particulier : elle peut se chiffrer à zéro jour quand elle est mauvaise et se rendre à 8 semaines si elle est excellente. Celle qui commence s’annonce normale au moment de parler à Claude et devrait débuter avec la publication de ces lignes, en fonction de comment le climat se comporte.

Ce qui est souhaitable ? Peu de neige et de gros froids. Les redoux occasionnels sont aussi bienvenus, faisant fondre la neige accumulée sur la glace et permettant ainsi l’exposition directe de celle-ci au froid, puisqu’on sait que la neige agit comme un isolant.

Ceux qui sont sceptiques quant à ce moyen de traverser un plan d’eau, sous-estiment probablement la force de la glace. Il existe évidemment des normes de construction de routes de glace et des chiffres sur la capacité portante de la glace, et la façon dont le chemin du Pont de Glace Oka-Hudson est construit, est inspiré des méthodes de transport lourd sur glace qui se fait dans le Grand Nord. Sachez que le passage d’une voiture sur la glace nécessite 8 pouces d’épaisseur, selon la charte, et que le Pont de Glace a presque doublé ce chiffre pour leurs propres marges de sécurité, n’ouvrant pas sans un minimum de 15 pouces d’épaisseur. Enfin, la seule précaution à prendre est d’adapter votre conduite. Pour une fois, vous aurez choisi de conduire sur la glace !

Emprunter le Pont de Glace est réellement une expérience à vivre. En plus des voitures, beaucoup de marcheurs empruntent aussi ce large chemin de 2 kilomètres de long, balisé avec des sapins, pour maximiser la visibilité durant les averses de neige.

Les chiens sont aussi bienvenus. On repère facilement les premières expériences quand on voit des voitures s’arrêter sur le côté, au milieu du lac, pour prendre des photos, observer la vue et profiter du moment, qui est assez unique. La pêche blanche partout autour, les sentiers de motoneige et les sportifs en kitesnow autour procurent de l’action et contribuent à la vie du lac en hiver.

Ce qui est souvent perçu comme un attrait en hiver et un synonyme d’évasion et de vacances l’été avec les traversiers est avant tout un axe routier. L’entreprise exploite un lien routier et fait partie du réseau routier régional. Leur mission est de répondre aux besoins de sa plus grande clientèle, les usagers réguliers et régionaux, dont les préoccupations sont d’éviter le trafic, de sauver du temps de voyagement et de raccourcir leur trajet lors de déplacements. Le tourisme s’ajoute à cette clientèle, surtout les weekends par beau temps.

Le Pont de Glace ou Traverse d’hiver est ouvert de 6 h à 22 h, 7 jours semaine, beau temps mauvais temps, environ de la fin janvier à la mi-mars, selon les conditions météorologiques. La page Facebook demeure la meilleure façon de se tenir informé. 8 $ le passage (voiture) ou livret de 10 passages permettant un escompte – gratuit pour les marcheurs.

traverseoka.ca

Par Catherine Verdon