Si vous craignez que vos enfants tournent en rond pendant la semaine de relâche, pourquoi ne pas les inscrire à un camp ? L’offre se diversifie de plus en plus pour faire vivre aux jeunes des expériences hivernales palpitantes – et rendre service aux parents qui travaillent.

« Ce ne sont pas tous les parents qui ont la chance d’être en congé en même temps que leur enfant à la semaine de relâche, alors on répond à un besoin », constate Éric Beauchemin, directeur général de l’Association des camps du Québec (ACQ). Il a d’ailleurs observé au fil des années une augmentation de l’offre et de la demande pour des camps pendant cette semaine de congé, qui sont aussi de plus en plus variés. « Il y a quatre ans à peine, on ne parlait pas des camps de la relâche parmi nos membres », ajoute-t-il, alors que maintenant, l’ACQ intègre ces programmes à son offre annuelle.

Camps de vacances dans les Laurentides

Les enfants peuvent vivre une semaine complète d’activités hivernales, nuitées et repas inclus, en s’inscrivant à l’un des camps de vacances offerts par des camps déjà bien établis dans la région. La Base de plein air Jean-Jeune à Vendée, le Camp Bruchési à Saint-Hippolyte et le camp Edphy International à Val-Morin, tous membres de l’ACQ, organisent des séjours variant de 3 à 5 nuits dans la semaine du 1er au 6 mars 2020. Ski de fond, glissade, sculpture sur neige, feu de camp en soirée et randonnées aux flambeaux sont au programme.

Quoique plus chère (de 289 à 489 $ par semaine par enfant) que les camps de jour, cette formule « tout inclus » permet aux jeunes de vivre une expérience de groupe hors de l’ordinaire. La plupart des camps de vacances offrent le transport à partir des grandes villes moyennant des frais additionnels.

Formule journalière

À la manière des camps de jour présents l’été, plusieurs municipalités prévoient une semaine de camp à la relâche, notamment Saint-Sauveur, Saint-Colomban, Brébeuf et Saint-Faustin–Lac-Carré. Les prix vont de 105 $ à 120 $ par semaine par enfant et peuvent être plus élevés pour les non-résidents. La halte-garderie est incluse dans la majorité des cas.

De plus, en réponse à la demande grandissante, des organisations de loisirs offrent maintenant un programme spécial pendant cette période. Au Parc du Domaine Vert, à Mirabel, les jeunes inscrits au camp de jour peuvent notamment s’initier au ski de fond et profiter des installations d’hébertisme aérien D’Arbre en Arbre. Les petits nageurs peuvent aussi perfectionner leurs techniques de natation dans le cadre du camp Neptune, au Centre Sportif de l’Académie Lafontaine à Saint-Jérôme.

Pour obtenir plus de renseignements sur les camps offerts à la relâche dans les Laurentides, communiquez avec l’Association des camps du Québec au 1 800-361-3586 ou avec le service des loisirs de votre municipalité.

Par Dominique Thomas