C’est avec ma petite famille que j’ai décidé de vivre l’expérience Kanatha-Aki à Val-des-Lacs en janvier dernier : une invitation à communiquer avec les animaux et la nature. On n’aurait pu tomber sur une meilleure journée pour s’aventurer dans la dense forêt en traîneau à chiens : température douce, quelques flocons et une belle quantité de neige au sol.

Dès notre arrivée, on comprend qu’on a affaire à des gens de cœur qui veulent partager leur passion et nous faire vivre une expérience authentique. Le contact humain du propriétaire Stéphane Denis et de ses filles Léana et Lou est littéralement enveloppant.

À Kanatha-Aki, on s’offre le cadeau du moment présent. Il faut le dire, ici la balade est sportive et il faut rester concentré : montées, descentes et courbes serrées se succèdent dans des sentiers étroits. Notre musher et guide professionnelle Catherine nous accueille tout sourire. Chacun notre tour, on conduira en sa compagnie pendant que les deux autres sont emmitouflés dans le traîneau. En fait, on profite du paysage et on écoute ses consignes : penche à gauche, penche à droite, un ou deux pieds sur le tapis, pieds sur le frein, on pousse le traîneau, etc. Même notre grande fille de huit ans a eu son moment de gloire dans un segment moins pentu. Un événement qu’elle n’oubliera pas de sitôt !

Tout au long de l’expédition qui durera trois heures, cette belle humaine généreuse de nature répond à nos mille et une questions et nous raconte son parcours et plusieurs anecdotes. Elle est impressionnante par sa capacité à communiquer avec ses chiens qu’elle prend le temps de nous présenter. Elle les connaît comme s’ils étaient ses propres enfants ! On comprend rapidement le langage : Haw (gauche) et Gee (droite). Son amour pour la gent canine est évident, elle y va régulièrement de ouuiii, c’est beau mes chiens et on fait des pauses régulières après les montées pour ne pas qu’ils s’épuisent.

Après un peu plus d’une heure, on s’arrête pour rencontrer les bisons des bois au cœur de la première réserve québécoise Athabascae. Ils sont 24 dans cette réserve de 30 acres et Léana qui nous rejoint en motoneige se prépare à les nourrir pour nous les présenter (on peut même flatter Bob, l’aîné du groupe). La fille aînée de Stéphane prend le temps de nous expliquer l’histoire de sa famille et de l’entreprise, ainsi que les mœurs et le mode de vie des bisons. Comme elle est une oratrice hors-pair et une conteuse-née, on s’accroche à ses lèvres et on veut en savoir toujours plus !

Il y a 18 ans, son grand-père a amené 11 bisons de l’Ouest canadien. C’était le début de l’aventure Kanatha-Aki, une entreprise familiale respectueuse de sa mission et de ses valeurs de départ : protéger cette espèce menacée, respecter la nature et faire découvrir aux visiteurs d’ici et d’ailleurs la joie de traverser la forêt enneigée tractés par des chiens traités aux petits oignons.

Après avoir complété ces trois heures qui ont passé beaucoup trop vite, on a pris le temps de visiter le chenil, composé de 88 chiens (Husky de Sibérie et Alaskan) en compagnie de Junior, un employé dédié qui s’intéresse à la psychologie canine et on a piqué une sympathique jasette avec Stéphane Denis.

« Quand je me suis installé ici il y a 18 ans, j’ai quitté cinq entreprises que je gérais en France et je repartais à zéro, je voulais prendre le temps de vivre vraiment. Je ne pensais pas ouvrir au public, confie celui qui s’associe à la culture amérindienne (il est d’ailleurs porteur de la pipe sacrée). J’ai beaucoup appris des animaux. Je les ai écoutés pendant quatre ans. De fil en aiguille, j’ai fait vivre l’expérience à des amis et je me suis fait connaître beaucoup par le bouche à oreille. L’important pour moi c’est le partage. Je ne peux pas garder tout ça pour moi ! »

L’aventure se poursuit

Nous avons eu la chance de dormir dans le refuge sur la montagne qui surplombe la réserve de bisons. On s’y rend en empruntant le sentier du Panorama sur environ 2 km. Au menu, l’Edelweiss de SOS Fondue et une bouteille de vin blanc au frais nous attendait dans ce nid douillet et, pour le petit déjeuner, les gaufres aux bleuets ont fait le bonheur de tous. Notez que le site est Sans trace, n’oubliez pas de ramener vos déchets.

C’est avec un pincement au cœur qu’on quitte Kanatha-Aki, mais surtout avec la promesse de revenir très bientôt, pourquoi pas cet été pour l’équitation ou encore une journée avec un trappeur-coureur des bois, un stage de survie ou l’Aéroline, la nouvelle aventure en tyrolienne. Bien sûr, je suis également curieuse de vivre la totale incursion dans la philosophie amérindienne grâce à une nuit en tipi et une visite du site traditionnel.

Le saviez-vous ?

Kanatha-Aki est une philosophie amérindienne signifiant gardien de la terre sans frontière en Algonquin.

Le bison des bois est un survivant de la préhistoire qui a su traverser l’ère glaciaire et qui a joué un rôle fondamental dans la survie de l’homme sur la planète. Ne manquez pas de demander à Stéphane Denis de vous expliquer la légende du bison blanc.

Merci à Stéphane Denis et à son équipe pour l’accueil chaleureux.

www.kanatha-aki.com

Par Sandra Mathieu